Back to top
22 avril 2020

La composition d’Histoire au baccalauréat

ANALYSER LE SUJET :

Cela doit permettre une compréhension précise de l’énoncé, pour éviter les contresens et le hors-sujet. Il faut se poser plusieurs questions:

  • Quoi? :  Définir le phénomène historique désigné par le sujet.

  • Qui ?:    Définir les acteurs.

  • Où et quand ?    Pour éviter le hors-sujet et pour traiter toute la question.

Tout doit être attentivement pris en compte dans un énoncé: ordre des termes, ponctuation, singulier, pluriel,...

FORMULER UNE PROBLÉMATIQUE :

Elle donne du sens à la copie et permet d’éviter qu’elle ne soit qu’un simple exposé. Elle est le fil directeur du raisonnement et permet d’ordonner les idées en fonction de la problématique.

Elle doit reposer sur une ou deux questions portant sur les causes et la nature de ce que l’on demande d’étudier.

Elle doit reformuler clairement le sujet pour pouvoir y apporter une réponse avec une argumentation.

CONSTRUIRE LE PLAN :

Il est nécessaire pour structurer le raisonnement et classer les idées en deux ou trois parties en fonction de la problématique et correspond aux étapes de l’argumentation.

Il existe traditionnellement deux grands types de plans :

  • Le plan thématique où chaque partie étudie un aspect du sujet et il est donc adapté aux périodes courtes ou aux sujets nécessitant une analyse d’un phénomène.
  • Le plan chronologique où chaque partie traite d’une période définie par des dates charnières. Il est adapté aux périodes longues et à l’étude de l’évolution d’un phénomène.

L’ARGUMENTATION :

C’est l’exposition des idées suivant le plan, lui-même divisé en sous-parties. Il est préférable que chaque paragraphe ne se compose que d’une idée, argumentée et éventuellement accompagnée d’un ou deux exemples.

L’INTRODUCTION ET LA CONCLUSION :

Ce sont les premiers et derniers éléments dont le correcteur prend connaissance et influencent donc particulièrement son jugement sur la copie.

L’introduction doit dégager l’intérêt du sujet en l’analysant ( termes, intérêt historique, cadre spatio-temporel, contexte...). Elle doit énoncer la problématique puis le plan ( en utilisant les termes d’abord/ensuite/puis/enfin...avant l’intitulé des différentes parties. Si le plan est chronologique, il faut en justifier les bornes temporelles.

La conclusion doit comporter un bilan de ce qui a été dit dans le développement, répondre à la problématique et proposer une ouverture qui évoque les conséquences ou les suites possibles du sujet étudié.

LA RÉDACTION ET LA PRÉSENTATION :

Soigner l’expression écrite est indispensable : syntaxe, grammaire, orthographe, pas d’abréviations, pas trop de parenthèses. Le plus simple est de rédiger au présent.

Soigner également l’écriture, aérer la copie et utiliser les alinéas pour faire apparaître les différentes parties du plan en rédigeant en plus des phrases de transition entre ces dernières.

Enfin, la relecture de la copie est indispensable pour corriger l’orthographe et le style.